Mot-clé - reglementation

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi, avril 7 2015

recomposition des plateaux opératoires, difficultés du transfert de compétences aux agents de stérilisation

Etats des lieux et bilan de certaines expériences aux 37èmes journées nationales d'études sur la stérilisation dans les établissements de santé, Nantes.
2015-04-07_10.07.37.jpg
2015-04-01_11.29.34.jpg
2015-04-02_10.42.16.jpg

dimanche, août 5 2012

L'infirmière générale et la stérilisation en tant que choix stratégique pour l'hopital

En ce mois d'aout où beaucoup souffrent d'être éloigné de leur chère stérilisation, nous vous proposons de relire sur la plage le très stimulant mémoire de Mme Vasseur Roselyne soutenu à la Formation des Infirmiers Généraux à l'Ecole Nationale de la Santé Publique intitulé :


"La stérilisation, un choix stratégique pour l'hôpital : Contribution de l'Infirmière Générale"


Son questionnement sur plusieurs points-clefs comme la centralisation, la sous-traitance, l'usage unique, la qualification des personnels, les équilibres soin / pharmacie nous semblent présenter un intérêt qui ne se limite pas à l'histoire de la stérilisation.

dimanche, janvier 9 2011

l'avis sur l'externalisation de la stérilisation de Luc Kerboull, en tant que chirurgien du CMC Paris V

Ci dessous, la contribution de Luc Kerboull, CMC Paris V, exposant « Le point de vue du chirurgien orthopédiste utilisateur de la prestation de stérilisation Sterience", lors de la 1ère édition d’ Aseptic Surgery Forum, au format ppt.

L'externalisation de la sterilisation selon Luc Kerboull, chirurgien
Résumé :
Luc Kerboull, CMC Paris V, a exposé « Le point de vue du chirurgien utilisateur » : « Nous coopérons avec Sterience depuis 2004. Nous travaillons avec deux rotations quotidiennes : une le matin et une le soir. Nous avons constaté de nombreux avantages : d’abord un gain de place et de temps. Le personnel peut être employé à autre chose. Tout est parfaitement sécurisé et la traçabilité est parfaite. Quel est le coût véritable ou plutôt le surcoût véritable ? On ne le sait pas vraiment. Il faut se montrer rigoureux dans l’utilisation des boîtes. Les vrais problèmes rencontrés : défauts dans la recomposition des boîtes, défaut d'application des filtres des couvercles. L’éducation des équipes chirurgicales concerne surtout l'uniformisation des boîtes de base et la nécessité de réaliser un tri à la fin de l'intervention. Enfin le problème des urgences est double : définir un stock de matériel nécessaire à la prise en charge des urgences de l'établissement dont il faut définir la typologie et sur un autre plan avoir une procédure de stérilisation en urgence en dehors des rotations programmées pour pouvoir faire face à l'imprévu. »
Le document ci- dessus évoque également la sécurité ("le syndrome «Clinique du Sport» la certification est sous la responsabilité de la société prestataire Elle assume la responsabilité du traitement et du transport Elle assume éventuellement la maintenance et le remplacement des instruments") , les problèmes et les façons d'y remédier.

La stérilisation externalisée selon Sterience

Ci dessous, la contribution de Bertrand Couton, Directeur des opérations chez Sterience, faisant le point sur l’externalisation de la stérilisation chez Sterience, lors de la 1ère édition d’ Aseptic Surgery Forum, au format ppt.

Externalisation de la sterilisation selon Sterience
Résumé :
Bertrand Couton, Directeur des opérations chez Sterience, a fait un point sur « L’externalisation de la stérilisation » : « Le 1er site Sterience a été ouvert à Lyon en 2001. Les services attendus des chirurgiens : obtention de l’état stérile conforme aux normes et à la règle, une réponse pharmaceutique, une traçabilité du process, la garantie d’un niveau de sécurité pour le patient, une adaptabilité aux pics d’activité des établissements de soin, être innovants. Il a brossé les pistes d’amélioration : des boîtes complètes, une identification individuelle et une traçabilité totale des instruments, une gestion « just in time », un véritable partenariat. » Le document ci-dessus part du concept ("L’approvisionnement SECURISE des DMR STERILES nécessaires à l’activité de soins des établissements (Bloc opératoire et Services) par la réalisation de stérilisations externalisées ou in situ et la mise à disposition de prestations personnalisées.") pour terminer par les facteurs de réussite ("Présence régulière du prestataire au bloc opératoire Accompagnement des évolutions de l’établissement de soins Un stock tampon de DM sur le centre de stérilisation La transmission des plannings opératoires Pour les ancillaires systématiquement des listings et des photos Une réelle prise en compte de l’étape de pré désinfection dans l’établissement de soins Une application de la circulaire HAS (check list") et conclure que "La qualité finale de la stérilisation des DM dépend du niveau de qualité de chacune des étapes".

mercredi, novembre 19 2008

pré-désinfection et nettoyage des dispositifs médicaux, réglementation, bonnes pratiques de pharmacie hospitalière

Nous communiquons ici la circulaire du 9 février 2007 du ministère de la santé français (direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins) rappelant les précautions à observer en ce qui concerne la préparation des dispositifs médicaux stériles. Sont particulièrement visées les procédures excluant la pré-désinfection immédiate après utilisation au bloc opératoire et stipulant l'obligation en ce cas de traiter ces DMR le plus rapidement possible dans un laveur-désinfecteur qualifié.
Les termes des bonnes pratiques de pharmacie hospitaliere concernant la pré-désinfection sont rappelés :
"9.1. Pré-désinfection
La pré-désinfection est le premier traitement à effectuer sur les objets et matériels souillés dans le but de diminuer la population de micro-organismes et de faciliter le nettoyage ultérieur. Il est impératif d’éviter le séchage des souillures sur le matériel. La pré-désinfection a également pour but de protéger le personnel lors de la manipulation des instruments et de protéger l'environnement. Elle est réalisée le plus rapidement possible après utilisation du dispositif médical, au plus près du lieu d’utilisation, avant le nettoyage, selon une procédure approuvée par le responsable du système permettant d’assurer la qualité. Les activités bactéricides, fongicides et éventuellement virucides des produits utilisés sont déterminées selon les normes en vigueur. Ces produits sont compatibles avec les dispositifs médicaux à traiter et ne contiennent pas de substance connue comme capable de fixer les protéines.
9.2. Nettoyage
Le nettoyage est une étape indispensable avant le conditionnement. Il a pour but d'éliminer les salissures par l'action physico-chimique d'un produit adapté tel un détergent, conjuguée à une action mécanique afin d'obtenir un dispositif médical fonctionnel et propre. Il est compatible avec le dispositif médical et ne doit pas le détériorer. Le nettoyage concerne les conteneurs et les plateaux réutilisables, les dispositifs médicaux dès lors qu'ils ont été déconditionnés, qu'ils aient été utilisés ou non, les dispositifs médicaux en prêt ou en dépôt et les dispositifs médicaux neufs livrés non stériles qui sont nettoyés selon les instructions du fabricant. Le nettoyage des dispositifs médicaux est réalisé chaque fois que possible dans une machine à laver. Celle-ci est adaptée à cet usage et qualifiée. Il convient d’accorder une attention particulière aux lumières des dispositifs médicaux afin de s’assurer que le nettoyage est efficace et que la solution de nettoyage employée a été éliminée. Pour cela, il peut être nécessaire de démonter les dispositifs médicaux composés de plusieurs parties selon les recommandations du fabricant. Quel que soit le mode de nettoyage, le rinçage et le séchage efficaces et non contaminants du dispositif médical sont effectués avant le conditionnement afin d'éviter toute nouvelle contamination. Après le nettoyage, il convient de vérifier la propreté des composants du dispositif médical ainsi que du dispositif médical remonté et de s’assurer qu’aucune détérioration n’est susceptible d’affecter sa sécurité, son intégrité ou son bon fonctionnement. Les exigences décrites ci-dessus s’appliquent également lorsque les deux opérations de prédésinfection et de nettoyage sont combinées en utilisant une machine à laver et à désinfecter qualifiée. La nécessité d’un nouveau nettoyage avant conditionnement est évaluée au cas par cas."

recommandation pre-desinfection

dimanche, novembre 16 2008

Formation à la conduite d'autoclaves en établissements de santé

La réglementation oblige les directeurs d'hôpitaux à justifier de la formation subie par les agents de stérilisation amenés à utiliser les stérilisateurs à vapeur d'eau sous pression. C'est la fameuse formation de conducteur d'autoclaves (qui rappelle les conducteurs de locomotive à vapeur...).

Si je me souviens bien, on estime à 20 tonnes la pression subie par une porte d'autoclave d'un mètre sur un mètre durant le plateau de stérilisation, d'où l'intérêt d'une formation sur la sécurité...

Trois agents ayant récemment pris leur fonction dans notre service, cette formation est programmée le 18 novembre en intra. L'organisme retenu est l'Apave et le programme est le suivant :

Formation à la conduite d'autoclaves en établissements de santé

Les autoclaves, ou plus communément « les stérilisateurs » sont obligatoirement utilisés dans le milieu hospitalier pour stériliser les instruments de chirurgie utilisés en blocs opératoires. En tant qu’appareils fonctionnant sous-pression leur utilisation est soumise à réglementation.

Les conducteurs d’autoclave doivent être formés à l’utilisation et sensibilisés aux risques que représentent ces appareils :
- formation initiale, pour devenir « conducteur d’autoclave »
- formation de recyclage périodique, pour entretenir ses compétences



Apave assure ces formations, en inter (dans un centre de formation Apave) ou en intra. Eric Grall, intervenant Apave en stérilisation en milieu hospitalier (contrôle de performance des autoclaves) et aussi formateur, explique : « la formation initiale proposée par Apave est complète : dans un premier temps, on propose d’aborder l’utilisation en sécurité puis les bonnes pratiques de la stérilisation, puis l’hygiène en milieu hospitalier pour finir par une phase pratique sur site. »

On repère 2 périodes « de risques » dans la conduite d’autoclave : l’ouverture et la fermeture de l’appareil « cette manipulation, même si elle est, aujourd’hui, automatisée demande une certaine vigilance et des compétences humaines. »

La formation des conducteurs d’autoclaves en milieu médical correspond également à une démarche de certification des établissements de santé. Elle dépasse, de nos jours, les murs de l’hôpital et devient une démarche volontaire de la part d’autres acteurs de la santé ou de la recherche.« Nous formons de plus en plus de praticiens libéraux (dentistes, gynécologues, podologues…) ou leurs assistantes aux bonnes pratiques de stérilisation et à la conduite de leurs autoclaves. »

dimanche, novembre 2 2008

La stérilisation centrale du centre hospitalier de Lons-le-Saunier et la consommation de papier

Nous continuons notre tour du monde des publications effectuées par les services de stérilisation. Collecte d'instantanés, de préoccupations variées, de façons différentes de communiquer au bout de laquelle nous espérons contribuer à fournir une image globale du secteur :

UNE STERILISATION CENTRALE ECOLOGIQUE : EST-CE POSSIBLE ? APPORT DE L’INFORMATISATION

GOUEL Isabelle, CICO Odile, REMY Nadine, LACROIX Valérie, BILLION-REY François Service Pharmacie – Stérilisation Centrale, Centre Hospitalier, 55 Rue du Docteur Jean Michel, B.P. 364, 39016 LONS-LE-SAUNIER CEDEX

INTRODUCTION

Le volume croissant des archives et des déchets papier est un phénomène observé depuis de nombreuses années dans nos institutions. L’informatique apparaît comme une aide incontestable pour satisfaire aux exigences croissantes de traçabilité et d’assurance qualité requises pour la stérilisation des dispositifs médicaux. Elle est aussi notamment censée diminuer les quantités de papier dans un souci économique et écologique. L’utilisation des outils informatiques s’accompagne-t-elle réellement d’une diminution de la consommation de papier ? La Stérilisation Centrale du Centre Hospitalier de Lons-le-Saunier (577 lits dont 360 lits de Médecine – Chirurgie - Obstétrique) dresse le bilan de l’informatisation de son service sous cet aspect.

MATERIEL - METHODES

L’informatisation du service de Stérilisation Centrale, débutée en 2001, concerne actuellement :

• les trois laveurs-désinfecteurs (logiciel de suivi et de traçabilité des cycles de lavage),

• les trois autoclaves (Bowie-Dick électronique, logiciel de supervision et de traçabilité des cycles de stérilisation),

• la traçabilité du circuit des dispositifs médicaux (DM) (de la réception à la Stérilisation Centrale jusqu’à la distribution, lecture par codes barres des étiquettes de traçabilité des dispositifs médicaux et des feuilles de traçabilité des étapes du circuit),

• la gestion documentaire selon la norme ISO 9001-2000 (logiciel de gestion électronique des documents pour l’élaboration et la gestion des procédures et instructions de travail, logiciel de traitement de texte « classique »pour les autres documents qualité : manuel qualité, fiches techniques, formulaires, …).

Nous avons comparé et analysé l’évolution du volume et de la nature des documents et enregistrements papier dans le service entre 2001 et 2004.

RESULTATS

Loin de diminuer, la consommation de papier a augmenté depuis l’informatisation. Les principaux documents concernés sont les suivants :

1/ édition systématique des rapports de cycles de lavage des laveurs-désinfecteurs,

2/ édition systématique des graphiques des cycles de Bowie-Dick (BD) électronique et maintien du graphique et du ticket d’enregistrement des cycles d’autoclave,

3/ édition automatique des feuilles de traçabilité à chaque étape du circuit (codes barres devant être scannés au cours du circuit pour passer d’une étape à la suivante),

4/ persistance « d’anciens » formulaires de traçabilité des dispositifs médicaux en attentant une liaison informatique avec les blocs opératoires,

5/ édition systématique des fiches techniques de prise en charge des dispositifs médicaux,

6/ élaboration et diffusion plus large des documents qualité.

Tous ces documents sont issus de l’informatisation progressive des étapes du circuit de prise en charge des dispositifs médicaux restérilisables et du système de management de la qualité selon la norme ISO

9001-2000, à l’exception des « anciens » formulaires de traçabilité des dispositifs médicaux, destinés à disparaître. Quant au point 6, les documents qualité élaborés avec le logiciel de gestion électronique des documents et le logiciel de traitement de texte remplacent les « Bonnes Pratiques de Stérilisation du CH de Lons-le-Saunier » de 1997 et 1999, recueil en 3 tomes (700 pages, élaborés également avec un logiciel de traitement de texte « classique ») regroupant les modalités de réalisation des opérations de stérilisation, de maintenance des équipements et de gestion du personnel.

DISCUSSION

La consommation croissante de papier constitue un problème à la fois environnemental (déforestation, industrie du papier, toxicité des encres, …), organisationnel (logistique, volume des archives, gestion des diffusions et de leur mise à jour, gestion des déchets) et économique (achat du papier et des consommables associés, destruction). A cela s’ajoute une pérennité des données conservées (fragilité du support, encre effaçable). Si les éditions papier sont justifiées voire indispensables pendant la phase de validation d’un nouveau logiciel (vérification, sauvegarde, incertitude des possibilités et des performances du nouvel outil), cette étape n’est pas destinée à perdurer.

Les principales limites rencontrées à la Stérilisation Centrale du Centre Hospitalier de Lons-le-Saunier pouvant expliquer que l’informatisation ne s’est pas accompagnée de la diminution de consommation de papier prévue sont de divers ordres :

• limites d’ordre technique :

- disponibilité limitée des postes informatiques (répartition, nombre) dans les zones de travail

- défauts de puissance et de robustesse du matériel informatique

- liaison internet en développement, réseau intranet en cours d’élaboration

- sauvegardes sécurisées peu fiables

• limites d’ordre organisationnel :

- temps de formation des utilisateurs à l’informatique

• limites d’ordre culturel :

- changement des habitudes de travail

Le tableau ci-dessous présente les différents types de documents édités sous forme papier, les alternatives éventuelles aux éditions papier et les principales raisons du maintien de ces éditions.

Etapes du circuit Documents édités Alternatives Raisons du maintien

1/ Lavage en laveur désinfecteur Paramètres du cycle de lavage en machine Consultation écran Problème de sauvegarde informatique

2/ Stérilisation par autoclave : BD et cycle de routine Paramètres et graphique du BD électronique Graphique et ticket d’enregistrement d’un cycle de stérilisation Logiciel de supervision et de traçabilité des cycles en autoclave Problème de sauvegarde informatique

3/ Traçabilité du circuit des dispositifs médicaux Bon de ramassage Feuille de lavage Etiquette de conditionnement Feuille de chargement Etiquette de traçabilité Feuille de charge – libération de Aucune Codes barres à scanner pour l’étape suivante charge

4/ Traçabilité DM avec Blocs Opératoires Feuille de suivi des traitements du matériel des Blocs Opératoires Liaison informatique avec les Blocs Opératoires Pas encore de liaison informatique avec les Blocs Opératoires

5/ Elaboration d’une fiche technique Fiche technique du matériel Consultation écran Culture, habitude

6/ Documents qualité Manuel Qualité, procédures, instructions de travail, fiches techniques, formulaires Consultation écran pour les procédures, instructions et fiches techniques sauf dans certaines zones de travail Culture, habitude Disponibilité des postes informatiques

Une réflexion interne à la Stérilisation Centrale du Centre Hospitalier de Lons-le-Saunier a montré que toutes les éditions papier sont à présent facultatives, sauf pour le point 3. Leur abandon est donc possible mais passe par des évolutions techniques (sauvegardes sécurisées de la traçabilité des cycles de lavage et de stérilisation, développement des liaisons intranet et internet pour la diffusion des documents qualité) et une sensibilisation du personnel pour changer ses habitudes de travail (consultation à l’écran des documents qualité et des fiches techniques).

CONCLUSION

Le volume croissant de papier est une réelle préoccupation écologique et économique qui nécessite un changement des habitudes de travail. La Stérilisation Centrale du Centre Hospitalier de Lons-le-Saunier a commencé à diminuer progressivement les éditions papier depuis 2005 mais au prix d’une sécurisation des sauvegardes informatiques, en concertation avec les informaticiens de l’établissement, dans le cadre du développement du Système d’Information Hospitalier.