Mot-clé - chirurgien

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche, novembre 11 2012

Appel à communications, 3ème édition du congrès international dédié à la prévention, au diagnostic et à la lutte contre les infections chirurgicales

La troisième édition d’Aseptic Surgery Forum (ASF), congrès dédié à la prévention, au diagnostic et au traitement des infections du site opératoire (ISO), se tiendra les 28 & 29 mars 2014, à l’Espace Champerret de Paris.
Organisée à l’initiative du Dr Patrick Mamoudy, Groupe Hospitalier Diaconesses Croix Saint Simon (DCSS), Paris, cette rencontre multidisciplinaire et internationale rassemble tous les acteurs du secteur de la santé mobilisés au quotidien contre les infections.

« Les infections chirurgicales sont une préoccupation de chaque instant. Tout geste est lié, à un moment ou à un autre, à la prévention de l’infection » nous rappellent les Drs Patrick Mamoudy et Simon Marmor, chirurgiens orthopédistes, DCSS, Paris.

Le programme des conférences d’ASF2014 sera animé par des praticiens ainsi que des experts européens et internationaux des différentes spécialités médicales et technologiques, avec une forte orientation « revue des pratiques ». Thèmes des propositions de communications attendues :

o Qui est responsable du risque infectieux: le patient, le chirurgien, l'A-R ?

o Les infections ostéo articulaires post-chirurgicales: prévention et traitements, Revue des pratiques EU & Int.

o Quand le patient doit-il quitter la Clinique pour le CRIOA ? Revue des Bonnes Pratiques Médico Chirurgicales Française et Européenne

o Les CRIOA : situation et perspective, le développement d’un réseau Européen

o Les séquelles: handicaps liés à l’infection, comment apprécier une séquelle?

o Coûts des infections : qui paye la prévention? (Laboratoires, Pharmaciens, etc.)

o Le lavage des mains : point de l’utilisation des solutés hydro alcooliques, revue des pratiques Européennes et Internationales (EU & Int) / Effets secondaires du lavage des mains pour les soignants

o La préparation cutanée : quel impact sur la « prévention » ? Revue des pratiques EU & Int.

o La stérilisation: revue et comparaison « pratiques / qualité / coûts / Responsabilités » en EU & Int; Innovation traçabilité des instruments

o La Chirurgie ambulatoire: quels enjeux, quelles perspectives ?

Autant de thématiques qui offriront aux participants l’occasion d’échanger, pendant deux jours, avec leurs pairs sur leurs expériences et pratiques quotidiennes, mais aussi avec les industriels sur les dernières innovations technologiques permettant de limiter les risques.

« Un certain nombre de pratiques ont été reconnues par la Haute Autorité de Santé (HAS) de façon à réduire les infections. Aujourd’hui nous savons que c’est le respect des pratiques qui permettrait de diminuer les infections et pas obligatoirement d’avoir des méthodes correctives en augmentant les désinfectants, en augmentant l’antibiothérapie ou en augmentant le matériel », souligne le Pr Philippe Arnaud, Pharmacien Chef de service, à l’Hôpital Bichat-Claude Bernard AP-HP.

Plus de 1.000 praticiens et professionnels de la santé (47 pays représentés en 2012) sont attendus pour cette 3ème édition d’ASF : chirurgiens, IBODES, Anesthésistes-réanimateurs, IADES, Médecins, Hygiénistes, Radiologues, Rhumatologues, Urgentistes, Bactériologistes, Infectiologues, Microbiologistes, Pharmaciens, Direction des établissements de santé, Laboratoires pharmaceutiques, Fournisseurs de technologies et produits médicaux, Autorités de santé, Associations de patients, etc.

Les propositions de communication (coordonnées complètes, résumé, short CV, photo) doivent être adressées pour le 26 Août 2013, à « jappert@oriex.fr ». Les propositions de conférences en binômes « praticiens et industriels santé » sont particulièrement attendues.



Pour toute information :

Josette Appert, + 33 1 48 91 89 89 « jappert@oriex.fr »

ORIEX Communication : 25 rue André Joineau, 93310 Le Pré Saint Gervais, France.

mardi, juin 12 2012

Excision : une étude souligne le succès de la chirurgie reconstructrice

Dans un article publié mardi 12 juin par le journal médical britannique The Lancet, le Dr Pierre Foldes, chirurgien à l'hôpital Poissy-Saint-Germain-en-Laye et ses collègues font état du succès de la procédure, en se fondant sur le suivi de 866 patientes.

"La reconstruction du clitoris est possible", affirment les auteurs de l'article, qui ajoutent que cette chirurgie "peut améliorer le plaisir des femmes et diminuer leurs douleurs. Cela permet également aux femmes mutilées de récupérer leur identité".

UNE INTERVENTION REMBOURSÉE PAR LA SÉCURITÉ SOCIALE

Plus d'un tiers des femmes qui n'avaient jamais connu d'orgasme auparavant, ont commencé à en avoir après l'intervention chirurgicale. Avec l'aide d'un sexologue, la moitié de celles qui avaient des "orgasmes limités" parviennent désormais régulièrement au plaisir.

Parmi les patientes du Dr Pierre Foldes, l'un des rares médecins en France spécialement formés pour pratiquer ce type d'intervention, remboursée par la Sécurité sociale française depuis 2004, Fatima Sheriff explique que sa vie a changé après avoir subi une opération de reconstruction de son clitoris.

"C'est la meilleure chose que j'aie jamais faite. Pour la première fois, je vis ma vie", explique Mme Sheriff, qui a récemment commencer à raconter son expérience et envisage de lancer un blog intitulé "Mon clitoris et moi" pour encourager d'autres femmes à subir l'intervention.

"JE ME SOUVIENS QUE J'AI RÉSISTÉ"

Fatima Sheriff fait partie des 140 millions de femmes à travers le monde qui ont subi des mutilations génitales - il s'agit généralement de l'ablation du clitoris et des petites lèvres, soit partiellement, soit en totalité -, une pratique censée réduire la libido et garantir la chasteté.

"Je me souviens que j'ai résisté", explique la jeune femme originaire de la Sierra Leone, aujourd'hui âgée de 32 ans, en pointant son dos, qui porte une cicatrice provoquée par une pierre. Elle avait quatre ans. "Si quelqu'un m'infligeait cela aujourd'hui, je crois que je le tuerais", ajoute-t-elle.

Les 2 938 patientes traitées par le Dr Foldes entre 1998 et 2009 étaient principalement originaires du Mali, du Sénégal et de la Côte d'Ivoire, mais 560 avaient été excisées en France. La plupart d'entre elles avaient entre 5 et 9 ans au moment de l'ablation.

TROIS MILLIONS DE VICTIMES CHAQUE ANNÉE

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), quelque trois millions de fillettes font l'objet chaque année de mutilations sexuelles. Au-delà de l'Afrique subsaharienne, la pratique est également présente au Proche-Orient et dans les communautés immigrées originaires de ces pays installées en Europe ou en Amérique du nord.

Interdites en France et dans les autres pays occidentaux, les mutilations sont combattues par l'OMS et l'Unicef, notamment en raison des problèmes de santé qu'elles entraînent. Parmi lesquels figurent les infections urinaires, les kystes, la stérilité et un risque accru de complication lors de l'accouchement.

Mais, reconnaît l'étude, dans la plupart des pays, notamment ceux en développement, le coût de la chirurgie reconstructrice reste prohibitif.

"Entre 55 000 et 65 000. C'est le nombre de filles et de femmes victimes de mutilations sexuelles ou menacées de l'être en France. Pour lutter contre ce fléau, la secrétaire d'Etat à la solidarité, Valérie Létard, a lancé une campagne de sensibilisation mardi 14 avril. Affiches et brochures d'information invitent les femmes à "briser la loi du silence" en leur rappelant que "la loi française est applicable à toutes les jeunes filles, quelle que soit leur origine ethnique".

Henri-Jean Philippe, chef du service de gynécologie-obstétrique au CHU de Nantes et président de l'association Gynécologie sans frontières, pratique la reconstruction du clitoris. Principales mutilations : l'excision - ablation de la partie externe du clitoris - mais aussi l'infibulation - suture des grandes ou petites lèvres de la vulve. Pour le médecin, cette "maladie" possède une triple dimension, médicale, psychologique et culturelle, qui nécessite une prise en charge globale des patientes.

L'existence d'un acte chirurgical visant à réparer l'excision prouve qu'il s'agit d'une véritable "mutilation", souligne Henri-Jean Philippe. Ses conséquences sur la santé sont désastreuses, à court et long terme, qu'il s'agisse d'infections, de difficultés à avoir des rapports sexuels ou à accoucher. Sans compter les jeunes filles qui décèdent suite à cette pratique.

Des répercussions sexuelles peuvent aussi survenir, selon l'âge ou est pratiquée l'excision. "Les filles qui l'ont subie à 2 ou 3 ans vont débuter leur sexualité sans clitoris. Il n'y aura donc pas d'avant et d'après, explique le médecin. Au contraire, si une femme est excisée autour de 12 ou 14 ans, sa vie sexuelle est totalement détruite."

Seule solution : l'opération chirurgicale. Elle consiste à pratiquer une incision du pubis afin de "dégager" le reste du clitoris, enfoui sous la cicatrice liée à l'excision. Cet acte, qui dure en moyenne une demi-heure, permet aux femmes de récupérer la sensibilité du clitoris, trois à six mois plus tard, dans plus de deux tiers des cas.

Henri-Jean Philippe insiste sur l'importance de sensibiliser les femmes excisées pour éviter qu'elles ne pratiquent à leur tour des mutilations sur leurs filles.

Audrey Garric"

Source : Le Monde.fr avec AFP | 12.06.2012 à 17h18

dimanche, février 20 2011

la desinfection chirurgicale des mains par friction

Ci dessous, la contribution de Olivia Keita-Perse, service d’Epidémiologie et d’Hygiène Hospitalière, Centre Hospitalier Princesse Grace, Monaco, concernant les recommandations actuelles pour la Désinfection Chirurgicale des Mains par Friction, lors de la 1ère édition d’ Aseptic Surgery Forum, au format ppt.

Ve3.1_Olivia_Keita_Perse.pptrecommandations actuelles pour la Désinfection Chirurgicale des Mains par Friction

Un petit résumé ?

Historique :
Joseph Lister (1827-1912) : désinfection des mains réduit infections du site opératoire (ensemble de mesures)
Gants ne suppriment pas l’intérêt de cette désinfection
35% sont troués après 2h de chirurgie (4% si double gantage)
Objectifs de la désinfection des mains
Éliminer la flore transitoire
Réduire la flore permanente

Données actuelles :
Chlorhexidine et polyvidone iodée: mêmes taux de réduction des comptes bactériens
Mais repousse rapide après utilisation de polyvidone iodée
Mais irritations cutanées et dermatoses plus fréquentes avec Chlorhexidine
Donc polyvidone iodée reste le plus utilisé des savons antiseptiques pour cet usage

Autres pistes :
Friction chirurgicale des mains !

Pourquoi privilégier la DCF ? 1. efficacité 2. Tolérance et observance 3. Coût et développement durable

Conclusion :
Emploi des PHA à privilégier « aussi » au bloc opératoire
Efficacité, tolérance, disponibilité, sécurité
Sous réserve d’une utilisation appropriée
technique_desinfection_chirurgicale_par_friction.jpg
Gestuelle (efficacité), respect des précautions d’emploi (tolérance/toxicité)
Sous réserve d’une mise en place programmée (annoncée) et bien organisée
Formation
Acceptation (rituel)
Assurance de la disponibilité des produits
Etc…

samedi, janvier 22 2011

Les bons instruments...

instruments-sterilisation.jpg

Dessin original sur http://blocstories.blogspot.com/2010/10/avoir-les-bons-instruments-de-chirurgie.html

samedi, janvier 15 2011

De l'usage unique pour poser une prothese de hanche ? L'avis d'un chirurgien

Ci dessous, la contribution de Christophe Fornasieri, chirurgien, sur le thème « Utilisation et avantages d’une instrumentation à usage unique pour la pose d’une prothèse fémorale de hanche », lors de la 1ère édition d’ Aseptic Surgery Forum, au format ppt.

avis chirurgien sur ancillaire a usage unique
Résumé :
Christophe Fornasieri, Chirurgien à la Clinique Générale d’Annecy, a fait part de son expérience sur « Utilisation et avantages d’une instrumentation à usage unique pour la pose d’une prothèse fémorale de hanche » : « Les avantages sont multiples et concernent tous les maillons de la chirurgie : l'instrumentation (absence d'usure et d'oxydation), le chirurgien (instrumentation toujours à disposition, sans défaut de stérilisation), les unités de stérilisation et chirurgicales (légèreté des boîtes, limitation des manipulations), l'établissement (gain de temps, d'énergie et d'espace, diminution des coûts), le patient (innocuité, sécurité). »

vendredi, janvier 14 2011

Ancillaire à usage unique pour la prothese de hanche, l'avenir selon Biomet

Ci dessous, la contribution de Muriel Benedetto-Marmilloud, laboratoire BIOMET, exposant la « conception et la validation d’une instrumentation à usage unique pour la pose d’une prothèse fémorale de hanche », lors de la 1ère édition d’ Aseptic Surgery Forum, au format ppt.

instrumentation usage unique prothèse de hanche
Résumé :
Muriel Benedetto-Marmilloud, directeur R&D au sein de BIOMET, a abordé la « conception et la validation d’une instrumentation à usage unique pour la pose d’une prothèse fémorale de hanche » : « L’idée est d’apporter une solution aux problèmes de stérilisation pour la pose d’une prothèse de hanche avec l’usage unique. Une première phase a été réalisée et validée avec 50 interventions « test ». La phase de finalisation a permis d’introduire de nouveaux instruments et d’améliorer l’ergonomie. Une étude environnementale et un travail sur le packaging sont en cours. ».
Idée : Développer une instrumentation complète à usage unique pour l’arthroplastie de la hanche. Remplacer intégralement l’utilisation d’un ancillaire métallique
Exigences générales : Bio-compatibilité Résistance à la stérilisation Gamma et vapeur Possibilité d’obtention d’état de surface lisse évitant la rétention de polluants Grande ténacité pour éviter les bris d’instruments et risques d’abandon de débris dans le patient Stabilité fonctionnelle : conserver dans le temps l’aspect, la morphologie, les propriétés d’usage
Exigences particulières : La fonction de l’instrument détermine des exigences mécaniques particulières : Râpe : résistance à l ’usure (éviter les débris), grande qualité de coupe ou résistance à l’abrasion, aux déformations et aux risques de rupture, malgré une géométrie parfois complexe Impacteurs: résistance aux chocs, au matage Autres : résistance à la déformation , au matage
Composition renforcée à base de polyarylamide Très haute rigidité Module d’élasticité > 23GPa Forte résistance aux contraintes mécaniques Résistance en flexion peut atteindre 400 Mpa Facilité de mise en œuvre, également en parois minces et formes complexes Faible retrait au moulage, très reproductible Excellent fini de surface Très résistant aux rayons Gamma et à la stérilisation vapeur
Essais et validations : Caractérisation physico-chimique complète Essais mécaniques Analyses de biocompatibilité Incidence de la stérilisation et stabilité dans le temps Validations :Injection Nettoyage final Conditionnement Stérilisation Gamma
Biocompatibilité : Matériau sans antécédent pour une application similaire Données toxicologiques limitées Caractérisation chimique fournie par le fabricant insuffisante Or, Polymère, type considéré comme à risque les râpes sont en contact direct avec l’os, mais aussi le sang hypothèse : possible casse ou relargage de débris => contact permanent Cytotoxicité NF EN ISO 10993-5 Toxicité systémique aigue NF EN ISO 10993-11 Test d’irritation cutanée NF EN ISO 10993-10 Test maximalisé de sensibilisation NF EN ISO 10993-10 Hémolyse NF EN ISO 10993-4 Génotoxicité : test d’AMES NF EN ISO 10993-3 Toxicité subchronique par implantation sous-cutanée - 28 jours Essai d’implantation NF EN ISO 10993-6 Caractérisation physico-chimique complète ISO 10993-18 & -19
Tests de performance : Simulation de transport, Simulation de stockage en conditions extrêmes Test de maintien de la stérilité Test de maintien de la présentation aseptique
Prochaines étapes : Etude environnementale en cours Comparaison ancillaire 2U et traditionnel Analyse du cycle de vie Bio Intelligence service Travail sur le conditionnement des instruments Ergonomie Design Image

dimanche, janvier 9 2011

l'avis sur l'externalisation de la stérilisation de Luc Kerboull, en tant que chirurgien du CMC Paris V

Ci dessous, la contribution de Luc Kerboull, CMC Paris V, exposant « Le point de vue du chirurgien orthopédiste utilisateur de la prestation de stérilisation Sterience", lors de la 1ère édition d’ Aseptic Surgery Forum, au format ppt.

L'externalisation de la sterilisation selon Luc Kerboull, chirurgien
Résumé :
Luc Kerboull, CMC Paris V, a exposé « Le point de vue du chirurgien utilisateur » : « Nous coopérons avec Sterience depuis 2004. Nous travaillons avec deux rotations quotidiennes : une le matin et une le soir. Nous avons constaté de nombreux avantages : d’abord un gain de place et de temps. Le personnel peut être employé à autre chose. Tout est parfaitement sécurisé et la traçabilité est parfaite. Quel est le coût véritable ou plutôt le surcoût véritable ? On ne le sait pas vraiment. Il faut se montrer rigoureux dans l’utilisation des boîtes. Les vrais problèmes rencontrés : défauts dans la recomposition des boîtes, défaut d'application des filtres des couvercles. L’éducation des équipes chirurgicales concerne surtout l'uniformisation des boîtes de base et la nécessité de réaliser un tri à la fin de l'intervention. Enfin le problème des urgences est double : définir un stock de matériel nécessaire à la prise en charge des urgences de l'établissement dont il faut définir la typologie et sur un autre plan avoir une procédure de stérilisation en urgence en dehors des rotations programmées pour pouvoir faire face à l'imprévu. »
Le document ci- dessus évoque également la sécurité ("le syndrome «Clinique du Sport» la certification est sous la responsabilité de la société prestataire Elle assume la responsabilité du traitement et du transport Elle assume éventuellement la maintenance et le remplacement des instruments") , les problèmes et les façons d'y remédier.

La stérilisation externalisée selon Sterience

Ci dessous, la contribution de Bertrand Couton, Directeur des opérations chez Sterience, faisant le point sur l’externalisation de la stérilisation chez Sterience, lors de la 1ère édition d’ Aseptic Surgery Forum, au format ppt.

Externalisation de la sterilisation selon Sterience
Résumé :
Bertrand Couton, Directeur des opérations chez Sterience, a fait un point sur « L’externalisation de la stérilisation » : « Le 1er site Sterience a été ouvert à Lyon en 2001. Les services attendus des chirurgiens : obtention de l’état stérile conforme aux normes et à la règle, une réponse pharmaceutique, une traçabilité du process, la garantie d’un niveau de sécurité pour le patient, une adaptabilité aux pics d’activité des établissements de soin, être innovants. Il a brossé les pistes d’amélioration : des boîtes complètes, une identification individuelle et une traçabilité totale des instruments, une gestion « just in time », un véritable partenariat. » Le document ci-dessus part du concept ("L’approvisionnement SECURISE des DMR STERILES nécessaires à l’activité de soins des établissements (Bloc opératoire et Services) par la réalisation de stérilisations externalisées ou in situ et la mise à disposition de prestations personnalisées.") pour terminer par les facteurs de réussite ("Présence régulière du prestataire au bloc opératoire Accompagnement des évolutions de l’établissement de soins Un stock tampon de DM sur le centre de stérilisation La transmission des plannings opératoires Pour les ancillaires systématiquement des listings et des photos Une réelle prise en compte de l’étape de pré désinfection dans l’établissement de soins Une application de la circulaire HAS (check list") et conclure que "La qualité finale de la stérilisation des DM dépend du niveau de qualité de chacune des étapes".

samedi, novembre 13 2010

Aseptic Surgery Forum 2012, lutte contre les infections chirurgicales

Appel à communications

Aseptic Surgery Forum 2012 mobilise les professionnels pour la lutte contre les infections chirurgicales

La 2ème édition d’Aseptic Surgery Forum se tiendra à Paris les 3 & 4 avril 2012, à l’espace Champerret. Plus de 1200 participants en provenance d’une trentaine de pays sont attendus. Cette rencontre, unique par son approche à la fois internationale et multidisciplinaire, rassemble les médecins, chirurgiens et personnels de santé qui contribuent au quotidien pour la prévention, le diagnostic et le traitement des infections chirurgicales.

La présentation d’Aseptic Surgery Forum est téléchargeable depuis : http://www.aseptic-surgery-forum.com,

Le programme d’Aseptic Surgery Forum 2012 prendra en compte les aspects liés au respect de l’environnement et au développement durable, avec des présentations sur les problématiques liées à la stérilisation et de nombreuses autres thématiques clés : Þ Instruments chirurgicaux, ancillaires et DM, innovations: matériaux, TTS et coatings, nettoyage, désinfection, stérilisation, conditionnement, traçabilité, etc.

Þ Innovation pour la prévention, le diagnostic et le traitement des infections chirurgicales.

Þ De la contamination à l'infection : principe de prévention ou de précaution ? Gestion des risques

Þ Mécanismes de l’infection post-opératoire

Þ Diagnostique rapide des infections : situation, perspectives /

Þ Les facteurs de risque d'infection liés au malade : tabac, malnutrition, immunité, comorbidités, portage bactérien, etc.

Þ Les facteurs de risque d'infections liés à l'environnement: hygiène hospitalière, qualité de l'air, de l'eau et des surfaces; conception des blocs opératoires, stérilisation, traçabilité, nettoyage et désinfection; hygiène des mains, préparation cutanée ; gants, équipement du malade et du personnel.

Þ Biofilms et infection des implants

Þ Antibioprophylaxie et antibiothérapie: locale et/ou générale, mode d'action, résistance bactérienne, nouvelles molécules

Þ Antibioprophylaxie en chirurgie aseptique : protocole vs personnalisation Þ Le coût de la prévention et de l'infection

Þ L'amputation pour raison infectieuse : indications, appareillages et perspectives

Þ Les infections dans les spécialités chirurgicales : états des lieux

Les propositions de communications (thème, titre, résumé d’une dizaine de lignes, photos et CV des intervenants) sont à communiquer à « aforest@oriex.fr ».

Aseptic Surgery Forum 2012 appel communication

vendredi, novembre 5 2010

Doit-on garder la stérilisation en interne aux établissements ? (contribution ASF 2010)

Cette question très actuelle au sein des établissements de soin a fait l’objet d’une session de conférences lors de la 1ère édition d’ Aseptic Surgery Forum, qui s’est déroulée à Paris, les 26 et 27 Mars derniers. Cette rencontre internationale et pluridisciplinaire a mobilisé un grand nombre de praticiens et de professionnels de santé autour de la prévention, le diagnostic et le traitement des infections chirurgicales.

Philippe Arnaud, Pharmacien, Hôpital Bichat Claude-Bernard, Paris, France a modéré cette session dont l’objectif était de partager l’expérience des utilisateurs de l’externalisation et des prestataires de services.

Ainsi, Bertrand Couton, Directeur des opérations chez Sterience, a fait un point sur « L’externalisation de la stérilisation » : « Le 1er site Sterience a été ouvert à Lyon en 2001. Les services attendus des chirurgiens : obtention de l’état stérile conforme aux normes et à la règle, une réponse pharmaceutique, une traçabilité du process, la garantie d’un niveau de sécurité pour le patient, une adaptabilité aux pics d’activité des établissements de soin, être innovants. Il a brossé les pistes d’amélioration : des boîtes complètes, une identification individuelle et une traçabilité totale des instruments, une gestion « just in time », un véritable partenariat. »

Luc Kerboull, CMC Paris V, a exposé « Le point de vue du chirurgien utilisateur » : « Nous coopérons avec Sterience depuis 2004. Nous travaillons avec deux rotations quotidiennes : une le matin et une le soir. Nous avons constaté de nombreux avantages : d’abord un gain de place et de temps. Le personnel peut être employé à autre chose. Tout est parfaitement sécurisé et la traçabilité est parfaite. Quel est le coût véritable ou plutôt le surcoût véritable ? On ne le sait pas vraiment. Il faut se montrer rigoureux dans l’utilisation des boîtes. Les vrais problèmes rencontrés : défauts dans la recomposition des boîtes, défaut d'application des filtres des couvercles. L’éducation des équipes chirurgicales concerne surtout l'uniformisation des boîtes de base et la nécessité de réaliser un tri à la fin de l'intervention. Enfin le problème des urgences est double : définir un stock de matériel nécessaire à la prise en charge des urgences de l'établissement dont il faut définir la typologie et sur un autre plan avoir une procédure de stérilisation en urgence en dehors des rotations programmées pour pouvoir faire face à l'imprévu. »

Avec Valérie Talon, Pharmacien, hôpital Saint Joseph de Paris, c’est un « Bilan à trois ans de l’externalisation de la stérilisation » qui a été présenté: « Nous avons externalisé notre service de stérilisation en octobre 2006. Pour nous, le circuit doit être parfaitement sécurisé, c’est à dire que le chirurgien doit récupérer la bonne boîte, parfaitement composée et au bon moment. Ce qui n’est pas toujours le cas. Le matériel fragile est souvent endommagé. 20% des containers sont incomplets. Les retards de livraison sont trop courants ce qui génère la désorganisation du bloc, de l’équipe chirurgicale, et une augmentation du stress. Les pistes de progression : la mise en place de la traçabilité à l'instrument et repasser à une stérilisation qui se ferait en partie de jour alors qu’elle se fait actuellement entièrement la nuit. »

Damien Talon, pharmacien à l’Hôpital Bichat Claude Bernard de Paris est intervenu sur le thème « Traçabilité des instruments de chirurgie re-stérilisables : apport de la technologie RFID »: « Dans 70% des cas, il manque des instruments à l’étage de conditionnement, on constate 44% de différence entre le conditionnement et la réception et 7% d’instruments perdus. Pour répondre aux problèmes de traçabilité les instruments sont équipés de puces RFID. C’est un projet pilote du Ministère de l’Economie, mais, à ce jour, la technologie développée a encore un coût élevé. »

Muriel Benedetto-Marmilloud, directeur R&D au sein de BIOMET, a abordé la « conception et la validation d’une instrumentation à usage unique pour la pose d’une prothèse fémorale de hanche » : « L’idée est d’apporter une solution aux problèmes de stérilisation pour la pose d’une prothèse de hanche avec l’usage unique. Une première phase a été réalisée et validée avec 50 interventions « test ». La phase de finalisation a permis d’introduire de nouveaux instruments et d’améliorer l’ergonomie. Une étude environnementale et un travail sur le packaging sont en cours. ». Christophe Fornasieri, Chirurgien à la Clinique Générale d’Annecy, a fait part de son expérience sur « Utilisation et avantages d’une instrumentation à usage unique pour la pose d’une prothèse fémorale de hanche » : « Les avantages sont multiples et concernent tous les maillons de la chirurgie : l'instrumentation (absence d'usure et d'oxydation), le chirurgien (instrumentation toujours à disposition, sans défaut de stérilisation), les unités de stérilisation et chirurgicales (légèreté des boîtes, limitation des manipulations), l'établissement (gain de temps, d'énergie et d'espace, diminution des coûts), le patient (innocuité, sécurité). »

Le programme d’Aseptic Surgery Forum 2012 prendra en compte les aspects liés au respect de l’environnement et au développement durable, avec des présentations sur des thématiques clés tels que : Instruments chirurgicaux, ancillaires et DM : innovations dans les domaines des matériaux, TTS et coatings, du nettoyage, de la désinfection et de la stérilisation, du conditionnement, de la traçabilité, etc. Les propositions de communications : thème, titre, résumé d’une dizaine de lignes et principaux points de l’exposé, intervenant (coordonnées, photo et CV) sont à communiquer à « aforest@oriex.fr ».

Pour toute information : 01 48 91 89 89 Agathe Forest « aforest@oriex.fr » Sylviane Robinet « srobinet@aseptic-surgery-forum.com »

ASF2010_Conference.jpg ASF2010_stand.jpg