Mot-clé - bacterie

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi, octobre 6 2009

Le procès de la Clinique du sport

Cette affaire est une des premières à avoir évoqué pour le grand public le domaine de la stérilisation. Nous suivrons donc avec intérêt ce procès en espérant qu'il apportera toute la lumière sur les erreurs commises.
Elle nous intéresse au moins, en tant que professionnels de santé, à deux autres titres :

  • D'un point de vue pédagogique, dans le cadre de la formation d'agents de stérilisation , notamment pour ceux sans expérience du milieu des soins, par la valeur d'exemplarité du calvaire subit par ces patients, afin de les sensibiliser autant que faire se peut aux conséquences potentielles d'erreurs ou de négligences dans notre domaine.
  • La nécessité de vérifier la pertinence des niveaux de criticité que chacun a défini pour évaluer ses seuils de non-qualité. En clair, savoir précisément ce que -en fonction des connaissances actuelles- on juge inacceptable et les limites que l'on refuse de franchir. Par ailleurs, l'importance d'une gestion correcte de toute non-conformité, même non majeure d'apparence.



Ci-dessous, l'article de l'Express de ce matin :

"Il n'aurait rien dû se passer à la Clinique du sport. Pas de scandale, pas de bactérie inoculée dans la colonne vertébrale d'une cinquantaine de patients, pas de ratage dans le rappel des victimes, pas de supplices à vie pour les plus atteints. Close vingt ans après le début des faits, en 1989, l'instruction montre que cette catastrophe sanitaire résulte de la conjonction hautement improbable de deux phénomènes. D'un côté, la contamination du circuit d'eau potable par le xénopi, un germe dangereux pour les os. Et, de l'autre, les mauvaises pratiques de stérilisation reprochées à trois chirurgiens de l'établissement. C'est tout l'enjeu du procès qui s'ouvre le 6 octobre au palais de justice de Paris: les médecins soutiendront que rien ne serait arrivé à leurs patients s'ils avaient travaillé dans un bâtiment sain; et la direction arguera que le microbe maison n'aurait causé aucun tort si les praticiens s'étaient conformés aux règles d'hygiène élémentaires, comme le faisaient six de leurs confrères opérant, à l'époque, dans les mêmes blocs. Les deux parties devront pourtant assumer leur part de responsabilité.



Retour à la fin des années 1980. La Clinique du sport fait figure d'établissement de pointe dans sa spécialité, la chirurgie orthopédique. L'établissement propose notamment une technique séduisante pour soigner les hernies discales (les sciatiques) - la nucléotomie percutanée, effectuée sous simple anesthésie locale et qui tombera ensuite en désuétude, faute de résultats. En 1989, première alerte au xénopi : la bactérie est retrouvée dans les lombaires de l'entraîneur d'un club de gymnastique lyonnais opéré un an auparavant. Mais personne ne prend la réelle mesure du danger, et les contaminations se poursuivent jusqu'en 1993. Cette année-là, le Dr Nicole Desplaces, une pionnière du diagnostic des infections osseuses, est appelée à la rescousse. Menant une véritable enquête de détective, elle élucide le mystère de l'épidémie.

Pourquoi la bactérie présente dans les tuyaux de l'établissement a-t-elle pénétré jusque dans les vertèbres des patients? Pour la simple raison que certains chirurgiens immergeaient leurs instruments dans un bain désinfectant entre deux opérations... et les rinçaient ensuite sous l'eau du robinet, équipé d'un filtre défaillant. Selon le témoignage d'un aide-soignant de l'époque, seuls les deux premiers malades de la journée bénéficiaient d'un matériel stérilisé dans les règles de l'art.

Parmi les médecins incriminés, le Dr Didier Bornert se distingue par une pratique toute personnelle. Pour opérer certaines hernies discales, le chirurgien commande des kits sophistiqués à usage unique... qu'il utilise plusieurs fois, au mépris des avertissements explicites portés sur l'emballage. Interrogé par L'Express, le Dr Bornert affirme que cette polémique est vaine car "aucun patient contaminé par le xénopi n'est concerné par la réutilisation de ces kits". Une chose est sûre : les trois quarts des victimes de l'affaire de la Clinique du sport sont passées entre ses mains."

mardi, septembre 1 2009

Rapport de stage : installation autoclaves en stérilisation

"Bonjour,



Je vous avez contacté il y a plusieurs mois concernant mon stage d'étude en Master Ingénierie de la Santé, option Ingénierie Biomédical. Mon sujet d'étude portait sur la stérilisation et l'installation de deux nouveaux autoclaves au Luxembourg, et je vous avez demandé quelques références pour mon rapport.



Mon stage étant désormais terminé, je vous transmet mon rapport de stage concernant mon étude. Vous pouvez le diffuser sur votre blog si cela vous intéresse...



En vous remerciant une nouvelle fois pour votre aide



Mathieu Fanack Etudiant à la faculté de Médecine de Nancy Master Ingénierie Biomédical"

Dont acte :

SOMMAIRE
REMERCIEMENTS .......................................................................................................... - 4 -
RESUME - ABSTRACT ..................................................................................................... - 5 -
1. CONTEXTE DU STAGE ........................................................................................................... - 7 -
1.1 Le Grand Duché de Luxembourg.......................................................................... - 7 -
1.1.1 En un clin d’oeil, le pays et sa capitale .................................................. - 7 -
1.1.2 Le multilinguisme au quotidien ............................................................. - 8 -
1.1.3 Société ................................................................................................... - 8 -
1.1.4 Médias ................................................................................................... - 9 -
1.1.5 Service de Santé .................................................................................. - 10 -
1.1.6 Sécurité Sociale ................................................................................... - 11 -
1.2 Meditec .............................................................................................................. - 12 -
1.2.1 Présentation ........................................................................................ - 12 -
1.2.2 Activités ............................................................................................... - 12 -
1.2.3 Organisation ........................................................................................ - 13 -
2. LE PROJET D’EQUIPEMENT ET SES ACTEURS ............................................................................ - 13 -
2.1 Les acteurs ......................................................................................................... - 13 -
2.1.1 Le Centre Hospitalier de Luxembourg ................................................. - 13 -
2.1.2 Le service de stérilisation du CHL ........................................................ - 14 -
2.1.3 Lautenschläger .................................................................................... - 14 -
2.2 La procédure légale de soumission .................................................................... - 15 -
2.2.1 Une procédure formalisée : l’appel d’offre......................................... - 15 -
2.2.2 Le cahier des charges .......................................................................... - 15 -
2.2.3 La soumission ...................................................................................... - 15 -
2.2.4 Critères de sélection et d’attribution .................................................. - 16 -
2.2.5 La décision d’adjudication et la signature du contrat ......................... - 16 -
3. LA STERILISATION ............................................................................................................. - 17 -
3.1 Définition ........................................................................................................... - 17 -
3.2 Agents contaminants ......................................................................................... - 17 -
3.2.1 Les bactéries ........................................................................................ - 17 -
3.2.2 Les virus ............................................................................................... - 18 -
3.2.3 Les levures et champignons ................................................................ - 18 -
3.2.4 Les prions et Agents Transmissibles Non Conventionnels .................. - 18 -
3.3 Contexte ............................................................................................................. - 18 -
3.3.1 La décontamination ............................................................................ - 19 -
3.3.2 Le lavage .............................................................................................. - 19 -
3.3.3 Le conditionnement ............................................................................ - 19 -
3.3.4 La stérilisation ..................................................................................... - 19 -
3.4 Les enjeux d’un service de stérilisation .............................................................. - 20 -
3.5 Les aspects normatifs ........................................................................................ - 20 -
3
STERILISATION - ETUDE ET MISE EN FONCTION D’AUTOCLAVES
Mathieu Fanack
4. PRINCIPES DE L’AUTOCLAVAGE ............................................................................................ - 21 -
4.1 Généralités ......................................................................................................... - 21 -
4.2 Lois physiques de stérilisation ........................................................................... - 21 -
4.2.1 Décroissance en fonction du temps .................................................... - 21 -
4.2.2 Décroissance en fonction de la température ...................................... - 22 -
4.2.3 La valeur stérilisatrice F0, entre temps et température ...................... - 22 -
4.3 La vapeur : agent caloporteur ........................................................................... - 22 -
4.4 Le vide : garant de la qualité de stérilisation .................................................... - 24 -
5. LA SOLUTION AVANCEE PAR MEDITEC ET LAUTENSCHLÄGER ...................................................... - 24 -
5.1 Le système MAGNOCERT ................................................................................... - 24 -
5.2 Spécifications techniques .................................................................................. - 24 -
5.2.1 Contraintes imposées par la vapeur ................................................... - 24 -
5.2.2 Le générateur de vapeur ..................................................................... - 25 -
5.2.3 La pompe à vide .................................................................................. - 26 -
5.2.4 Cuve de stérilisation ............................................................................ - 27 -
5.2.5 Isolation ............................................................................................... - 27 -
5.2.6 Analyseur de vapeur (Dampfanalysator DMA) ................................... - 27 -
5.2.7 Informatique embarquée .................................................................... - 28 -
5.3 Cycle de stérilisation .......................................................................................... - 29 -
5.3.1 Prétraitement ...................................................................................... - 29 -
5.3.2 Traitement ........................................................................................... - 29 -
5.3.3 Post-traitement ................................................................................... - 29 -
5.3.4 Séchage intensif .................................................................................. - 29 -
6. LA MISE EN FONCTION ....................................................................................................... - 30 -
6.1 Installation et montage ..................................................................................... - 30 -
6.2 Mise en route ..................................................................................................... - 30 -
6.3 Validation selon norme EN 554 ......................................................................... - 30 -
6.3.1 Principe de la validation ...................................................................... - 31 -
6.3.2 Moyens a disposition .......................................................................... - 31 -
6.3.3 Résultats obtenus ................................................................................ - 31 -
6.4 Problèmes d’humidité ........................................................................................ - 32 -
6.4.1 Les condensats .................................................................................... - 32 -
6.4.2 Les moyens de réduction de la condensation ..................................... - 33 -
6.5 Perspectives et conclusion ................................................................................. - 35 -
CONCLUSION ...............................................................................................................- 36 -
BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................- 37 -
TABLE DES ANNEXES ....................................................................................................- 39 -


Le rapport de stage sur l'installation d'autoclaves en stérilisation au Luxembourg dans sa version intégrale

dimanche, juin 14 2009

Combien de temps le materiel peut rester prédesinfecté avant d etre lavé ?

J'ai personnellement connu plusieurs choix dans ma carrière :

  • matériel laissé immergé dans le bain de pré-désinfection tout le week-end
  • matériel rincé, égoutté, séché
  • matériel rincé, laissé en attente dans bac fermé en atmosphère humide
  • matériel mis en laveur et re-lavé le lundi


Cette dernière avait ma préférence, mais elle n'est pas toujours réalisable. Voici ci dessous la réponse de l'AFS à une question équivalente :


"Il n’y a pas de texte sur ce sujet. Il n’y a pas de réponse standard. Les situations étant différentes, les solutions sont différentes. Le mieux serait bien évidemment de pré-désinfecter, rincer, laver (en machine), puis sécher, ce qui permet une attente « sans risque » du transport et de la pris en charge en stérilisation Centrale, où l’étape du relavage sera effectuée à nouveau le lundi matin. Malheureusement, les équipes opératoires de nuit ou de week-end n’ont guère envie ou la possibilité de le faire. On peut donc proposer cette attitude à l’équipe du bloc, mais cela risque de ne pas être réalisable.

Si cela n’est pas possible, il n’y a alors pas de solution parfaite.

Il faut tenir compte de deux éléments contradictoires : - ne pas laisser se déssécher les matières organiques et la Bétadine sur les instruments (risque d’apparition de biofilm, risque de transmission de MCJ, prolifération microbienne, difficultés de nettoyer correctement le lundi) - ne pas endommager l’instrument (éviter tout risque de rouille).

Le tableau suivant permet de choisir la solution la plus adaptée à son établissement, en évaluant les avantages et inconvénients.

Dans tous les cas : relavage en Stérilisation Centrale, sans toutefois repasser par la phase de pré-désinfection en Stérilisation centrale.

  • Choix de pré- traitement Avantages et Inconvénients



Ne rien faire INTERDIT PAR BPPH !!

  • Choix de pré- traitement Avantages et Inconvénients



Prédésinfection + rinçage manuel + séchage - traitement immédiat - instruments secs en attente- moindre corrosion (CETIM) - comment sécher ? - air (pistolet) - tissu - étuve - Risque de fixation protéique +++

> Non recommandé

  • Choix de pré- traitement Avantages et Inconvénients



Prédésinfection + rinçage manuel (instruments humides) - pas de séchage de souillures - humidité entraîne risque de corrosion

  • Choix de pré- traitement Avantages et Inconvénients



Prédésinfection + laisser tremper dans DD - pas de séchage de souillures - DD corrosif ? - présence de chlore et chlorures dans l’eau (corrosion) - incompatibilité de certains métaux - stockage des bacs pleins - incompatible avec externalisation

  • Choix de pré- traitement Avantages et Inconvénients



Prédésinfection + rinçage manuel + trempage dans eau du robinet - pas de séchage de souillures - présence de chlore et chlorures dans l’eau (corrosion) - incompatibilité de certains métaux - stockage des bacs pleins - incompatible avec externalisation

  • Choix de pré- traitement Avantages et Inconvénients



Prédésinfection + rinçage manuel + trempage dans eau déminéralisée ou eau versable - pas de séchage de souillures - eau déminéralisée au bloc ? - coût et manipulation de l’eau versable - incompatibilité de certains métaux - stockage des bacs pleins - incompatible avec externalisation

  • Choix de pré- traitement Avantages et Inconvénients



Laveur-Désinfecteur dans le bloc - traitement immédiat et efficace - traitement validé et reproductible- - permet le lavage d’autres objets du bloc (sabots…) -« économie » de la pré-désinfection - tri nécessaire des instruments non immergeables - coût d’achat - coût de maintenance, qualification… du LD et consommables- n’évite pas un lavage à la stérilisation - ATNC

  • Choix de pré- traitement Avantages et Inconvénients



Pré-désinfection, rinçage et MAL dans le bloc (et non LD) - idem, sauf « économie » de la pré-désinfection - pas de désinfection thermique - idem

  • Choix de pré- traitement Avantages et Inconvénients



Laveur désinfecteur dans la stérilisation centrale (par personnel du bloc) - traitement immédiat (?) - intervention d’un personnel extérieur : problème de responsabilité - refaire lavage (problème de responsabilité)?




Légendes : DD = détergent-désinfectant, LD = laveur-désinfecteur, MAL = Machine à laver"

samedi, janvier 24 2009

Cours sur le biofilm

Séverine Planchon, étudiante venue en stage à la stérilisation centrale de Saint Germain, a proposé de faire partager ici certains des cours de son école de préparateur en pharmacie hospitalière année 2008 2009. Nous l'en remercions. Le premier concerne le biofilm. Vous trouverez le lien vers la version intégrale en pdf en bas du billet.

Lire la suite...

samedi, octobre 25 2008

Les procédés de stérilisation

Troisième et quatrième chapitre du texte La stérilisation

Lire la suite...