Questions réponses, problemes pratiques de stérilisation

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi, août 11 2015

Que faire des instruments utilisés la nuit, le WE et les JF ? Relation entre la présence d’eau résiduelle et le poids d’un container en fin de cycle de stérilisation ? Retraitement d’un implant d’ostéosynthèse stérile ?

  • Il n’y pas de relation entre la présence d’eau résiduelle et le poids d’un container en fin de cycle de stérilisation ?
  • Le retraitement d’un implant d’ostéosynthèse stérile est autorisé sous conditions ?
  • Le réseau d’eau osmosée est en panne, il est impératif de fermer la stérilisation ?
  • Tous les embouts de protection en silicone permettent le passage de la vapeur d’eau?
  • Que faire des instruments utilisés la nuit, le WE et les JF ?

Des réponses dans le document ci-dessous
Atelier_5_Salle_300_JNES_2015-_trucs_et_astuces_2_V3.pdf

mercredi, septembre 12 2012

circuit du matériel souillé du bloc vers la stérilisation

Message reçu le 7 septembre 2012 :
"Bonjour
Je me permets de vous solliciter pour une question technique.
Je suis Pharmacien dans une clinique chirurgicale privé de 100 lits.
Nous avons notre stérilisation un étage en dessous du bloc opératoire.
Le matériel sale est descendu par un monte-charge (type passe plat) dédié. Un problème se pose.
les sondes de cryo et le matériel de longueur importante ne passe pas dans les montes charges (85 cm de profondeur).
Le seul autre accès possible se fait par en escalier circulaire.
Est-il possible de faire passer ce matériel sale dans des housses/sachets hermetiques par les escaliers ? si oui, auriez-vous connaissance d'un fournisseur ? cela respect-il les bonnes pratiques ... Cordialement"

Bonjour,
Votre question rejoint nous semble t'il celle traitée par l'AFS en 2009 :

"Est-il possible d'utiliser les mêmes bacs pour le pré-traitement des DM et leur transport vers la stérilisation (après élimination du liquide de pré-désinfection et rinçage des DM)?
La ligne directrice particulière N°1 chapitre 9 « Préparation des dispositifs médicaux stériles » des Bonnes Pratiques de Pharmacie Hospitalière (arrêté du 21 juin 2001) précise que le matériel médical souillé est transporté dans des conditions ne présentant aucun risque de contamination pour les personnes et pour l’environnement.
Il est tout à fait possible d’utiliser les mêmes bacs pour la pré-désinfection et le transport vers la stérilisation à condition que les conditions de transport soient maîtrisées. Cette organisation présente d’ailleurs l’avantage de permettre de laver efficacement les bacs en stérilisation.
10 octobre 2002 - modifiée le 05 janvier 2009"

A notre sens, cela fait un moment que la vigilance est portée sur la protection des circuits et non seulement sur l'établissement toujours complexe de circuits spécialisés. En ce qui concerne plus précisément votre situation, nous vous recommandons également la prudence en ce qui concerne la descente d'un escalier circulaire avec les bras chargés. Nous avons connu cette situation par le passé et elle était parfois périlleuse pour le personnel.

Quant aux fournisseurs de housses ou gaine (si tant est qu'un bac rigide ne soit pas adapté), nous n'avons pas de référence précise en tête mais vous invitons à vous rapprocher de SPS (gamme de sur-sachets avec rabat auto-collant) ou de Sterilmed et à comparer coût et qualité.

Cordialement,

Yves.

samedi, mars 31 2012

Marquage des instruments par micro percussion ?

"bonjour, je m'appelle S... , je suis infirmier dans un bloc opératoire d'une clinique privée dans le sud de la France, je me permet de vous envoyer ce message, afin que vous m'aidiez à répondre à certaines questions que je me pose, du fait de votre expertise démontrée sur votre blog. nous sommes donc un bloc opératoire de moyenne taille, 7 salles d'opération , une stérilisation avec un laveur et 3 autoclaves , ( un sterinove et 3 mrp ). comme toutes les unités de stérilisations, nous sommes confrontés aux même problématiques , à savoir : un rythme de travail soutenu, du personnel volontaire et de bonne volonté mais trop peu qualifié, une charge de travail croissante. ceci abouti inéluctablement au fameux " mélange d'instruments dans les compositions ", pour y pallier , pour l'instant , nous appliquons pour certaines boites un marquage par bagues d'adhésifs , avec tous les inconvénients qui nous font basculer vers les mauvaises pratiques en stérilisation. j'aimerais faire marquer les instruments par un system de micro percussion par une machine que j'ai vu chez un ami , pour l'instant , il s'agit juste d'un marquage simple " ortho 1" , " gynéco 1 ", non pas datamatrix ou autre . juste pour que les bons instruments aillent dans les bonnes boites. j'en viens donc à mes questions : - qui valide les procédures de marquage, existe ils des textes ou des normes concernant le sujet ? pour l'instant mes recherches sur le sujet sont infructueuses. - que pensez vous , à titre personnel , de ce type de marquage , micro percussion , aucune modification chimique de la surface, l'instrument ne chauffe pas pendant le processus, la matière est juste ' impactée " sur une profondeur réduite au minimum possible pour que cela reste visible, il faut evidemment trouver l'équilibre entre profondeur de gravure et lisibilité.



voilà , je m'excuse d'avoir été un peu long , et , d'avance, je vous remercie pour vos réponses . cordialement"

samedi, octobre 1 2011

Projet de réaménagement de la stérilisation à Casablanca, Maroc

Suite à l'échange Re: Sterilisation Casablanca Maroc - Stérilisation hopital, nous avons le plaisir de vous présenter le powerpoint de projet de réaménagement de la stérilisation

Il est dévelopé selon le plan ci-dessous :

Etat des lieux
Les instruments souillés, les liquides d’aspirations et le linges sont évacués des blocs 1 et 2 à travers les sasses 1 et 2 vers la zone de nettoyage. Les instruments y sont lavés, conditionnés en vue de leur stérilisation puis acheminés vers la stérilisation deux niveaux plus bas.

Problèmes posés
Les autoclaves sont situées dans des zones peu propres Problème de transfert des boites du bloc vers la stérilisation : ascenseur souvent en panne, disponibilité des agents de service.

Réaménagement : objectifs
Respect du circuit stérile. Les instruments et les déchets (linges jetables, liquides d’aspiration) passent à travers la sasse 1 (bloc1) et la sasse 2 (bloc2). Les déchets sont déposés dans des sacs poubelles étanches avec système de fermeture et évacués dans des conteneurs spécifiques. Les instruments sont décontaminés dans des bacs puis déposés dans le lave instrument. Ils sont ensuite introduits dans l’autoclave. Les boites à instruments sont récupérés au niveau de la zone de stockage , local ou est entreposés les boites stériles et le consommable du bloc ils transitent à travers les sasses 3 et 4 pour arriver aux blocs.

mardi, septembre 13 2011

Re: Sterilisation Casablanca Maroc

Bonjour Mr Brette



Merci de l'intérêt que vous portez à nos questions
Vous êtes bien sur autorisé à diffuser notre correspondance sur votre site .
Concernant le lave vaisselle, nous possédons en fait une machine de marque Getinge Decomat 228 qui nous avait offerte par un hôpital Parisien mais elle n'a jamais fonctionné. Plusieurs techniciens (certainement peu qualifiés) se sont évertuées à faire un diagnostic sans résultats. Je garde toujours l'espoir secret de trouver la bonne personne pour la faire fonctionner.

Ces dons de matériels reformées sont souvent une mauvaise affaire car le transport à la charge du bénéficiaire est couteux et les pièces détachées indisponibles depuis longtemps . Au final beaucoup d’énergie inutiles et d’espoirs déçus.
Quand à notre unité de stérilisation et notre projet de réaménagement nous vous enverrons les photos et croquis en fin de semaine.
Merci de votre aide
A bientôt

Mr Alami






From: sterilisation.hopital@gmail.com
To: xxx@hotmail.com
Subject: Re: Sterilisation Casablanca Maroc
Date: Thu, 8 Sep 2011 07:31:34 +0200


Bonjour Monsieur Alami,



Tout type de présentation présenterait un intérêt selon moi. Si vous êtes à la recherche d'avis, cela pourrait également permettre aux visiteurs du site de vous faire éventuellement des suggestions sous forme de commentaire.

Pour ce qui est du lave-vaisselle, je suis un peu perplexe. Il faut savoir à quoi vous l'opposez. Si c'est pour remplacer un lavage à la main et qu'il est impossible d'utiliser un lave instruments officiel, je pense que cela pourrait représenter une amélioration. Il faut cependant vous pencher de prêt sur les spécifications techniques de cette machine, comparativement à un lave-instruments vendu comme tel, en essayant de vous en rapprocher au maximum, tant au point de vue produits lessiviels que modalités de chargement, que cycle de lavage et de séchage et température de désinfection atteinte.




M'autoriseriez vous à publier vos questions sur le site ? D'autres professionnels seraient peut-être de meilleur conseil que moi.



Cordialement,




Yves Brette.
- Original Message -
From: Aziz alami aroussi
To: sterilisation
Sent: Sunday, September 04, 2011 5:47 PM
Subject: RE: Sterilisation Casablanca Maroc

Cher monsieur

Je vous remercie pour le précieux lien que vous nous avez transmis. Nous y avions trouvés les informations escomptés.

Concernant votre proposition de vous envoyer des images de notre site de stérilisation, il se trouve que nous sommes en phase de réaménagement cette unité. Si vous le désirez, nous pouvons vous envoyer des photos de l’état actuel, des travaux en cours et un croquis de l'objectif final. Peut être, pourriez vous y apporter vos suggestions ainsi que certains protocoles de fonctionnement.

Question subsidiaire : un lave vaisselle classique peut il faire office de lave instruments ?

Dans l’attente de vous lire, sincères salutations.

Mr. Alami







From: sterilisation.hopital@gmail.com
To: xxx@hotmail.com
Subject: Re: Sterilisation Casablanca Maroc
Date: Sun, 28 Aug 2011 15:56:52 +0200

Bonjour Monsieur Alami,



Nous rêvons aussi parfois de l'identification à l'instrument -datamatrix ou autre- qui commence à apparaître dans certains services. En attendant, je pense que vous trouverez peut-être ce que vous cherchez sur le catalogue suivant :
identification_et_protection_des_instruments_avril10.pdf
La réserve que l'on peut faire à ce type de marquage concerne le dépôt éventuel entre la bague et l'instrument, ainsi que l'altération éventuelle, à la longue, de l'état de surface de celui-ci.



Sinon, nous feriez vous l'honneur et le plaisir de présenter votre service, les difficultés et satisfactions que vous y rencontrez, sur le blog ? Nous vous en serions très reconnaissant.




Cordialement,



Yves Brette.
- Original Message -
From: Aziz alami aroussi
To: sterilisation.hopital@gmail.com
Sent: Sunday, August 28, 2011 2:22 PM
Subject: Sterilisation Casablanca Maroc

Bonjour
Cher Monsieur
Je suis en charge de la stérilisation au service de chirurgie cardiaque du CHU de Casablanca et je suis souvent confronté à un mélange des instruments provenant de différentes boites chirurgicales
Connaîtriez-vous une référence de rubans adhésifs de différentes couleurs adaptés au marquage des instruments chirurgicaux ?
Merci de votre réponse et félicitation pour la qualité de votre site
Mr Alami

jeudi, septembre 8 2011

Autoclave de classe B et cycle prions ?

"Bonjour.

J'ai découvert votre blog "Stérilisation Hopital" hier. Je n'ai pas de formation en stérilisation et j'aurais besoins d'une information concernant l'inactivation du prion de la maladie de Creutzfeldt-Jakob. J'ai lu que l'une des méthodes utilisée était la stérilisation à l'autoclave à 134°C durant 18 minutes. J'aimerais savoir si une exposition à 135°C durant 16 minutes aurait le même effet sur les prions (c'est ce qui est utilisé à la clinique dentaire que je compte fréquenter). J'aimerais également savoir en quoi consiste exactement le "cycle prion" des autoclaves de classe B.

Cordialement,

Stéphanie L."

jeudi, mars 10 2011

stériliser / reconditionner du matériel à usage unique ?

"Monsieur Yves Brette. Avec beaucoup d'intérêt, j'ai parcouru le site de sterilisation-hopital.com sur lequel vous jouez un rôle de modérateur assidu. Voici ma requête. Je me nomme Romain Clervoy et je suis sage-femme en France. Je suis également depuis janvier 2010, le chargé de mission d'une association : l'ANEM (Association Naissances et Enfances du Monde). Nos projets sont en cours d'élaboration et se centrent autour du soutien logistique et professionnel des personnels de santé travaillant autour de la grossesse et de l'accouchement au Togo (Afrique de l'Ouest). Concrètement nous souhaitons leur apporter du matériel style Kit d'accouchements (pinces cochères, porte aiguille, ciseaux droits et à épisiotomie,...) et du matériel de ventilation et d'aspiration pour les nouveaux nés (masques de ventilation, sondes d'aspiration et aspirateur manuels...) et les former à l'utilisation de ce matériel si ils ne savent pas déjà l'utiliser. Le 2ème axe de travail se situe autour d'une formation/recyclage des professionnels de santé sur les protocoles de leurs pays en terme d'hygiène, de maintenance et de soins des femmes et de leurs enfants. Ces protocoles seront enrichis par des réflexions venues de partenaires expérimentés dans les formations en soins obstétricaux et néonataux d'urgence (SONU). Bien entendu nous avons identifié plusieurs moyens pour le soutien logistique : 1- faire venir du matériel neuf, conditionné et stérile depuis la France. 2- acheter le matériel sur place au Togo auprès de partenaires tels l'UNFPA, l'UNICEF. 3- convoyer du matériel à usage unique récupéré en France et le reconditionner soit en France soit au Togo.

Pour chaque solution nous souhaitons établir une balance coût/efficacité/sécurité. Et je me tourne vers vous pour la solution 3 :

- Connaissez vous des entreprises ou des services hospitaliers qui acceptent de stériliser/reconditionner du matériel à usage unique récupéré gracieusement auprès de certains hôpitaux/cliniques? - Si oui, quels sont les risques sanitaires à envisager (sécurité de la stérilisation, impact sur la longévité du matériel, possibilité de continuer la stérilisation par des fours "poupinels" basiques dans les structures de soins périphériques réceptrices du don...)? - Pour quel coût?

Je vous serais reconnaissant si vous pouviez me donner des réponses rapides ou me diriger vers une source de réponses. En vous remerciant par avance de l'intérêt que vous porterez à nos actions, veuillez recevoir, Monsieur Brette, l'assurance de nos sentiments les meilleurs.

Romain Clervoy, sage-femme, trésorier et chargé de mission pour l'ANEM. association.anem@yahoo.fr /"

jeudi, juillet 1 2010

Probleme humidite residuelle avec autoclave gravitationnel

Cher Monsieur,



j'ai visité avec beaucoup d'intérêt le site http://www.sterilisation-hopital.com découvert au hasard de recherches sur le web.



Je suis confronté au problème suivant, et j'aurais souhaité le poser aux visiteurs de ce site (mais je n'ai pas trouvé le chemin permettant d'y déposer directement un billet). sterilisateur_vertical_gravitationnel.jpg J'apporte un support technique à une ONG belge en territoire Congo RDC, où nous avons installé dans 5 hôpitaux des autoclaves du type "gravitationnel" assez simples d'origine chinoise (http://www.excotramed.be/download/GB-Autoclave%2040%20to%20200%20L.pdf), de principe simple (pas de pompe à vide, pas de condenseur sur la vidange de vapeur), et qui ont le mérite d'être compatibles avec les limitations locales en termes de budget et de puissance électrique disponible. Le linge est placé dans les classiques récipients cylindriques en inox perforé avec éclisses, et des précautions sont prises pour ne pas trop tasser le contenu et garder un espace de circulation entre les récipients et la cuve de l'autoclave.



Malheureusement, une fois les appareils installés, nous avons eu quelques commentaires négatifs sur l'humidité résiduelle et la présence de goutelettes d'eau sur le linge opératoire en sortie.



Un débat s'est tout d'abord ouvert sur le point "ces goutelettes d'eau (qui sont finalement de la vapeur stérile condensée) rendent-elles la stérilisation ineffective ?" et n'a pas encore fait jusqu'ici l'unanimité. Qu'en pensez-vous ?



Aussi (peut être y a-t-il parmi vous des personnes qui ont encore pratiqué dans le passé la stérilisation avec des autoclaves gravitationnels et qui pourraient apporter une réponse ou faire part de leur expérience ?), j'ai du mal à comprendre ces plaintes sachant que ce genre d'autoclave (parfois dans un modèle encore plus simplifié) est utilisé depuis des décennies en Afrique et n'a jamais suscité à ma connaissance de débat contestataire.



Merci d'avance pour toute aide ou conseil sur le sujet.



Roland HENSENS Ingénieur Biomédical



MSV-AZV Médecins Sans Vacances Rode Kruisplein 16 B-2800 Mechelen BELGIUM www.artsenzondervakantie.be www.medecinssansvacances.be

dimanche, juin 14 2009

Combien de temps le materiel peut rester prédesinfecté avant d etre lavé ?

J'ai personnellement connu plusieurs choix dans ma carrière :

  • matériel laissé immergé dans le bain de pré-désinfection tout le week-end
  • matériel rincé, égoutté, séché
  • matériel rincé, laissé en attente dans bac fermé en atmosphère humide
  • matériel mis en laveur et re-lavé le lundi


Cette dernière avait ma préférence, mais elle n'est pas toujours réalisable. Voici ci dessous la réponse de l'AFS à une question équivalente :


"Il n’y a pas de texte sur ce sujet. Il n’y a pas de réponse standard. Les situations étant différentes, les solutions sont différentes. Le mieux serait bien évidemment de pré-désinfecter, rincer, laver (en machine), puis sécher, ce qui permet une attente « sans risque » du transport et de la pris en charge en stérilisation Centrale, où l’étape du relavage sera effectuée à nouveau le lundi matin. Malheureusement, les équipes opératoires de nuit ou de week-end n’ont guère envie ou la possibilité de le faire. On peut donc proposer cette attitude à l’équipe du bloc, mais cela risque de ne pas être réalisable.

Si cela n’est pas possible, il n’y a alors pas de solution parfaite.

Il faut tenir compte de deux éléments contradictoires : - ne pas laisser se déssécher les matières organiques et la Bétadine sur les instruments (risque d’apparition de biofilm, risque de transmission de MCJ, prolifération microbienne, difficultés de nettoyer correctement le lundi) - ne pas endommager l’instrument (éviter tout risque de rouille).

Le tableau suivant permet de choisir la solution la plus adaptée à son établissement, en évaluant les avantages et inconvénients.

Dans tous les cas : relavage en Stérilisation Centrale, sans toutefois repasser par la phase de pré-désinfection en Stérilisation centrale.

  • Choix de pré- traitement Avantages et Inconvénients



Ne rien faire INTERDIT PAR BPPH !!

  • Choix de pré- traitement Avantages et Inconvénients



Prédésinfection + rinçage manuel + séchage - traitement immédiat - instruments secs en attente- moindre corrosion (CETIM) - comment sécher ? - air (pistolet) - tissu - étuve - Risque de fixation protéique +++

> Non recommandé

  • Choix de pré- traitement Avantages et Inconvénients



Prédésinfection + rinçage manuel (instruments humides) - pas de séchage de souillures - humidité entraîne risque de corrosion

  • Choix de pré- traitement Avantages et Inconvénients



Prédésinfection + laisser tremper dans DD - pas de séchage de souillures - DD corrosif ? - présence de chlore et chlorures dans l’eau (corrosion) - incompatibilité de certains métaux - stockage des bacs pleins - incompatible avec externalisation

  • Choix de pré- traitement Avantages et Inconvénients



Prédésinfection + rinçage manuel + trempage dans eau du robinet - pas de séchage de souillures - présence de chlore et chlorures dans l’eau (corrosion) - incompatibilité de certains métaux - stockage des bacs pleins - incompatible avec externalisation

  • Choix de pré- traitement Avantages et Inconvénients



Prédésinfection + rinçage manuel + trempage dans eau déminéralisée ou eau versable - pas de séchage de souillures - eau déminéralisée au bloc ? - coût et manipulation de l’eau versable - incompatibilité de certains métaux - stockage des bacs pleins - incompatible avec externalisation

  • Choix de pré- traitement Avantages et Inconvénients



Laveur-Désinfecteur dans le bloc - traitement immédiat et efficace - traitement validé et reproductible- - permet le lavage d’autres objets du bloc (sabots…) -« économie » de la pré-désinfection - tri nécessaire des instruments non immergeables - coût d’achat - coût de maintenance, qualification… du LD et consommables- n’évite pas un lavage à la stérilisation - ATNC

  • Choix de pré- traitement Avantages et Inconvénients



Pré-désinfection, rinçage et MAL dans le bloc (et non LD) - idem, sauf « économie » de la pré-désinfection - pas de désinfection thermique - idem

  • Choix de pré- traitement Avantages et Inconvénients



Laveur désinfecteur dans la stérilisation centrale (par personnel du bloc) - traitement immédiat (?) - intervention d’un personnel extérieur : problème de responsabilité - refaire lavage (problème de responsabilité)?




Légendes : DD = détergent-désinfectant, LD = laveur-désinfecteur, MAL = Machine à laver"

dimanche, avril 19 2009

Quelle est la nature exacte de la procédure obligatoire de traitement du matériel et des dispositifs médicaux avant l'envoi en réparation chez le fabricant ?

"Les BPPH publiées par l’arrêté du 22.06.2001 et rendues opposables aux P.U.I. par le décret nƒ2000-1316 du 26 décembre 2000, précisent au chapitre 9 "Traitement et acheminement des dispositifs médicaux avant conditionnement", page 42 : "Les dispositifs médicaux en prêt, en dépôt ou adressés au fabricant ou au fournisseur pour réparation, révision ou maintenance doivent impérativement avoir subi toutes les opérations de préparation des dispositifs médicaux stériles , attestées par un document, préalablement à la réception et à la restitution"

Par ce texte, il faut comprendre qu’avant tout envoi en réparation de dispositifs médicaux chez les fabricants, ceux-ci doivent subir au minimum une pré-désinfection, un nettoyage (en machine de préférence), un conditionnement et une stérilisation. Faire subir une stérilisation à la vapeur à134°C /18 mn a pour objectif de soumettre les dispositifs médicaux à l’inactivation des ATNC requise à minima, au sens de la circulaire nƒ138 du 14 mars 2001, en ce qui concerne les patients de "Catégorie 1" (patient standard subissant un acte à risque).

Une attestation signée du pharmacien et précisant les opérations effectuées doit accompagner les dispositifs médicaux envoyés.

Par ailleurs, la circulaire nƒ138 du 14 mars 2001, précise dans la fiche technique nƒ4, au chapitre 7 "Maintenance des dispositifs médicaux :" "Tout dispositif médical adressé au fabricant ou au vendeur pour réparation, révision ou maintenance doit impérativement avoir subi au préalable la procédure complète de traitement"

Par ce texte, il faut comprendre qu’avant tout envoi en réparation de dispositifs médicaux chez les fabricants (utilisés chez des patients à risque et / ou dans des actes à risques vis à vis des ATNC), ceux-ci doivent subir après pré-désinfection et nettoyage, une inactivation des ATNC (inactivation chimique par la soude 1M, l’hypochlorite de sodium à 2%, la soude 2M et / ou stérilisation à la vapeur à134ƒC / 18 mn, selon les caractéristiques du DM et selon les facteurs de risque individuels des patients).

Enfin, le document "Contrat de dépôt vente pour les dispositifs médicaux à usage unique stériles ou non", élaboré conjointement par le SNITEM, le SYNPREPH, l’UNAIBODE, EURO PHARMAT et le Syndicat National des Chirurgiens Orthopédistes, prévoit explicitement l’application de ces différents traitement sur les dispositifs médicaux et leur enregistrement au niveau des "fiches navettes" qui les accompagnent."



Réponse AFS du 10 octobre 2002 - modifiée le 05 janvier 2009

A partir de ce principe clair pour beaucoup, reste ensuite à organiser concrètement la stérilisation de ces dispositifs "dans la foulée" ou collectés après lavage pour être ensuite à nouveau traités collectivement de A à Z pour faire l'objet d'un même certificat juste avant l'envoi en répartation. Cette dernière solution aurait pour l'instant notre préférence, l'extraction du flux semblant moins aléatoire à cette étape et la gestion documentaire paraissant plus allégée. Reste cependant à garder la trace de la pré-désinfection...