La réglementation oblige les directeurs d'hôpitaux à justifier de la formation subie par les agents de stérilisation amenés à utiliser les stérilisateurs à vapeur d'eau sous pression. C'est la fameuse formation de conducteur d'autoclaves (qui rappelle les conducteurs de locomotive à vapeur...).

Si je me souviens bien, on estime à 20 tonnes la pression subie par une porte d'autoclave d'un mètre sur un mètre durant le plateau de stérilisation, d'où l'intérêt d'une formation sur la sécurité...

Trois agents ayant récemment pris leur fonction dans notre service, cette formation est programmée le 18 novembre en intra. L'organisme retenu est l'Apave et le programme est le suivant :

Formation à la conduite d'autoclaves en établissements de santé

Les autoclaves, ou plus communément « les stérilisateurs » sont obligatoirement utilisés dans le milieu hospitalier pour stériliser les instruments de chirurgie utilisés en blocs opératoires. En tant qu’appareils fonctionnant sous-pression leur utilisation est soumise à réglementation.

Les conducteurs d’autoclave doivent être formés à l’utilisation et sensibilisés aux risques que représentent ces appareils :
- formation initiale, pour devenir « conducteur d’autoclave »
- formation de recyclage périodique, pour entretenir ses compétences



Apave assure ces formations, en inter (dans un centre de formation Apave) ou en intra. Eric Grall, intervenant Apave en stérilisation en milieu hospitalier (contrôle de performance des autoclaves) et aussi formateur, explique : « la formation initiale proposée par Apave est complète : dans un premier temps, on propose d’aborder l’utilisation en sécurité puis les bonnes pratiques de la stérilisation, puis l’hygiène en milieu hospitalier pour finir par une phase pratique sur site. »

On repère 2 périodes « de risques » dans la conduite d’autoclave : l’ouverture et la fermeture de l’appareil « cette manipulation, même si elle est, aujourd’hui, automatisée demande une certaine vigilance et des compétences humaines. »

La formation des conducteurs d’autoclaves en milieu médical correspond également à une démarche de certification des établissements de santé. Elle dépasse, de nos jours, les murs de l’hôpital et devient une démarche volontaire de la part d’autres acteurs de la santé ou de la recherche.« Nous formons de plus en plus de praticiens libéraux (dentistes, gynécologues, podologues…) ou leurs assistantes aux bonnes pratiques de stérilisation et à la conduite de leurs autoclaves. »