"Monsieur Yves Brette. Avec beaucoup d'intérêt, j'ai parcouru le site de sterilisation-hopital.com sur lequel vous jouez un rôle de modérateur assidu. Voici ma requête. Je me nomme Romain Clervoy et je suis sage-femme en France. Je suis également depuis janvier 2010, le chargé de mission d'une association : l'ANEM (Association Naissances et Enfances du Monde). Nos projets sont en cours d'élaboration et se centrent autour du soutien logistique et professionnel des personnels de santé travaillant autour de la grossesse et de l'accouchement au Togo (Afrique de l'Ouest). Concrètement nous souhaitons leur apporter du matériel style Kit d'accouchements (pinces cochères, porte aiguille, ciseaux droits et à épisiotomie,...) et du matériel de ventilation et d'aspiration pour les nouveaux nés (masques de ventilation, sondes d'aspiration et aspirateur manuels...) et les former à l'utilisation de ce matériel si ils ne savent pas déjà l'utiliser. Le 2ème axe de travail se situe autour d'une formation/recyclage des professionnels de santé sur les protocoles de leurs pays en terme d'hygiène, de maintenance et de soins des femmes et de leurs enfants. Ces protocoles seront enrichis par des réflexions venues de partenaires expérimentés dans les formations en soins obstétricaux et néonataux d'urgence (SONU). Bien entendu nous avons identifié plusieurs moyens pour le soutien logistique : 1- faire venir du matériel neuf, conditionné et stérile depuis la France. 2- acheter le matériel sur place au Togo auprès de partenaires tels l'UNFPA, l'UNICEF. 3- convoyer du matériel à usage unique récupéré en France et le reconditionner soit en France soit au Togo.

Pour chaque solution nous souhaitons établir une balance coût/efficacité/sécurité. Et je me tourne vers vous pour la solution 3 :

- Connaissez vous des entreprises ou des services hospitaliers qui acceptent de stériliser/reconditionner du matériel à usage unique récupéré gracieusement auprès de certains hôpitaux/cliniques? - Si oui, quels sont les risques sanitaires à envisager (sécurité de la stérilisation, impact sur la longévité du matériel, possibilité de continuer la stérilisation par des fours "poupinels" basiques dans les structures de soins périphériques réceptrices du don...)? - Pour quel coût?

Je vous serais reconnaissant si vous pouviez me donner des réponses rapides ou me diriger vers une source de réponses. En vous remerciant par avance de l'intérêt que vous porterez à nos actions, veuillez recevoir, Monsieur Brette, l'assurance de nos sentiments les meilleurs.

Romain Clervoy, sage-femme, trésorier et chargé de mission pour l'ANEM. association.anem@yahoo.fr /"