Toujours dans l'esprit de la fracture bimalléolaire, un point sur la chirrugie de l'obésité :
"La chirurgie bariatrique -du grec « baros » le poids- regroupe plusieurs techniques chirurgicales différentes qui répondent à deux mécanismes principaux.

Soit la restriction de l'apport alimentaire simple :
l'anneau
la gastroplastie
la sleeve gastrectomie

soit une combinaison d'une restriction et d'une malabsorption :
le by-pass ou le mini by-pass
le duodenal switch



Ces techniques doivent être réalisées à bon escient en fonction de chaque patient. Chacune comporte des risques (y compris un risque de mortalité) et le patient doit être prêt, déterminé, et doit avoir suivi toutes les recommandations de l'équipe pluridisciplinaire.
Aux états unis, l'intervention de prédilection est le by pass gastrique. Il représente 85% des interventions alors que l'anneau gastrique ne représente que 9%, la gastroplastie verticale calibrée (Mason-Mc Lean) 2%, et la diversion bilio pancréatique 2,5%. La gastrectomie en manchon n'est que rarement pratiquée. Sous l'impulsion des firmes, les "lap band" (anneaux gastriques) sont de plus en plus posés en ce moments. La tendance est donc inverse de celle rencontrée en Europe.



Sleeve gastrectomie (ou gastrectomie en manchette)

L'intervention consiste à enlever une partie de l'estomac sans interrompre la continuité digestive. Le tube gastrique est calibré sur une sonde gastrique de manière à ne pas risquer de rétrécir exagérément son diamètre.
L'hospitalisation est prévue 24h avant la chirurgie. La veille de l'intervention, l'équipe soignante s'occupe de la préparation cutannée du champs opératoire au niveau de l'abdomen et vérifie le dossier.
Post-opératoire
Après l'intervention le patient séjourne de 3 à 6 heures en salle de reveil pour s'assurer que tout se passe bien tant sur le plan chirurgical qu'anesthésique. Le risque post opératoire principal est la survenue d'un saignement sur la suture gastrique.
Au réveil
A son réveil, le patient a une perfusion et selon les cas une sonde gastrique (qui passe dans le nez), un redon (tuyau de plastique) et une sonde vésicale. Ces différents dispositifs seront enlevés progressivement. Dans les cas les plus favorables, seul la perfusion est mise en place.
Le lendemain
Dés le lendemain ou parfois le soir même, on conseille au patient de se lever avec de l'aide en commencant par un "bord du lit". C'est également le lendemain que l'on vérifie l'absence de fuite sur le montage chirurgical par un examen radiologique simple appelé T.O.G.D (transit oeso-gastro-duodenal). Il consiste a faire boire un demi verre de produit radio-opaque au patient. Des radios simples sont prises pendant le passage du liquide. Si cet examen ne révéle aucune anomalie, les boissons sont autorisées dès le soir.
Les jours suivants
L'alimentation va être élargi progressivement. Celle-ci sera suivie par la diététiciènne du service. On conseillera au patient de remplir lui-même, dans la mesure du possible, sa feuille de surveillance alimentaire. L'ablation du redon (si il y en a un) est en général possible au 2 ème ou 3 ème jour post opératoire en fonction de la quantité et de l'aspect du liquide receuilli. Les perfusions sont enlevées 2 à 3 jours après l'opération.
La sortie
Le patient quitte l'hopital après moins d'une semaine d'hospitalisation. Son arrêt de travail est de 1 mois. L'ordonnance du chirurgien comporte des antidouleurs classiques, un traitement anticoagulant injectable (par une infirmière a domicile) et une ordonnance de controle biologique (examens standards, coagulation et évaluation nutritionnelle.
En plus du rendez vous de controle avec le chirurgien, une consultation diététique sera organisée 2 à 3 semaines après la sortie pour avoir une évaluation précise de l'alimentation et pour renouveller les conseils d'équilibre alimentaire.
video sur http://www.chirurgie-digestive.com/index.php?fiche=53&sommaire=2



Anneau gastrique

La pose d'un anneau gastrique est une technique simple qui consiste à diminuer considérablement la capacité de l'estomac.
Un dispositif en silicone qui ressemble à une "bouée" est mis autour de la partie supérieure de l'estomac.
Cette « bouée » est reliée par une tubulure à un boitier mis sous la peau qui permet de gonfler la bouée.
Ce gonflage a comme effet de réduire la poche gastrique. Cela diminue alors le passage des aliments dans les intestins.


By-pass

Avant une intervention de ce type, des informations précises auront été donné au patient sous la forme d'un "dossier patient" d'une dizaine de page. Le patient aura remis au chirurgien son consentement éclairé. Le rendez vous anésthésique est également un moment important ou le patient obtient des informations complémentaires sur les modalités pratiques de son anésthésie et son intervention.
L'entrée dans le service a lieu la veille de l'opération. Le patient est pesé et les prescriptions de kinésithérapie et d'examen radiologique sont préparés. En effet la mobilisation précoce et les exercices respiratoires sont essentiels a une bonne récupération post opératoire.
Le chirurgien remplira également un bon d'examen radiologique (TOGD ) pour la vérification post opératoire de l'absence de fuite ou d'anomalie du montage. L'infirmière vérifiera l'état cutanné en particulier au niveau des plis. A 19h un repas leger est servi au patient.
Réduire la capacité gastriqueL'intervention consiste a réduire la capacité gastrique et a court circuiter le bol alimentaire sur l'intestin grele de manière a ce qu'il ne soit pas complétement absorbé par l'organisme. L'apport calorique sera ainsi réduit en quantité et en qualité puisque l'absorption des aliments sera rendu incomplette.
Au réveil
A son réveil, le patient a une perfusion, une sonde vésicale. Pour les patients les plus fragiles un séjour en réanimation est préconisé. La surveillance en salle de révéil est plus ou moins prolongée en fonction du patient.
Le lendemain
Dès le lendemain de l'intervention, si le patient est bien réveillé, l'infirmière conseille au patient un lever précoce avec l'aide des soignants ou du kinésithérapeute. L'examen radiologique de vérification du montage est réalisé a J1 ou J2 après ablation de la sonde nasogastrique. En l'absence d'anomalie radiologique, dès que le cirurgien a vu l'examen, une alimentation légére est autorisée.
Après 3-4 jours
Entre le troisième jour et le quatrieme jour post opératoire, la sonde vésicale sera retirée ainsi que les perfusions. Parallélement l'alimentation est élargie selon un protocole interne au service. La diététiciènne va suivre au jour le jour l'alimentation légère et mixée fournie au patient. Une feuille d'alimentation est fournie au patient qu'il doit remplir lui meme.
La sortie
La sortie du service est organisée après une semaine d'hospitalisation. L'arret de travail est de 4 a 6 semaines. Une anticoagulation (prévention des phlébites) est prévue par des injections sous cutanné a domicile pendant un mois avec un traitement préventif des ulcères gastriques par de l'oméprazole. L'alimentation a domicile sera fractionnée et moulinée pendant le premier mois post opératoire puis uniquement fractionnée selon les consignes données par la diététiciènne.
Lors de la sortie les modalités du suivi seront expliquées au patient et les différents rendez vous seront pris."

source : http://www.abcd-chirurgie.fr/les-interventions-chirurgie-de-l-obesite/page_6cp.html