La lecture d'articles au sujet de l' "affaire" de l'acupuncteur d'Antibes me plonge dans une certaine perplexité. Je ne me prononcerai pas sur le fond (le médecin stérilisait ses aiguilles au Poupinel alors qu’il devait utiliser soit des aiguilles à usage unique soit des aiguilles réutilisables stérilisées par de la vapeur sous pression après décontamination), l'efficacité du procédé étant depuis longtemps critiquée et son utilisation non traçable dans le domaine de la santé publique difficilement argumentable. Non, ce qui me pose davantage question est la formulation de certains articles, dont un notamment signé de l'AFP : Selon la DDASS, le docteur n'a pas violé la loi mais il ne s'est pas conformé aux recommandations du ministère de la Santé et des sociétés d'acupuncture en matière de stérilisation. Ces recommandations préconisent l'utilisation d'aiguilles à usage unique alors que l'acupuncteur réutilisait les mêmes aiguilles après stérilisation. et un autre de 20 minutes : Le médecin, âgé de 60 ans, n'utilisait pas d'aiguilles à usage unique, mais se contentait de stériliser son matériel après utilisation. «La stérilisation traditionnelle est inopérante sur des virus résistants comme celui de l'hépatite», a expliqué dans Nice-Matin un confrère antibois de l'acupuncteur.


Il y a là une méconnaissance certaine du domaine mais ce type de raccourcis contribue également à mon sens à conforter l'opinion publique dans l'idée que l'usage unique est plus sûr que le recyclage des instruments. Comment un patient devant subir une intervention importante type prothèse de hanche par exemple réagirait il après la lecture de l'article de Nice-Matin en apprenant que les blocs opératoires "se contentent de stériliser leur matériel après intervention" ?
Ce n'est pas là à mon sens du journalisme mais du battage médiatique sans aucune vérification du sujet. Quant à l'usage unique, il s'agit d'un choix de société dont quasiment plus personne ne semble mentionner la montagne de déchets contaminés (et par conséquent très difficiles à traiter selon les normes) qu'il génère. Y aura t'il une taxe carbone sur les dispositifs médicaux ? Si c'est le cas, il y aura probablement intérêt à ce rythme à avoir une bonne mutuelle...